Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:00

l'envers du mondeComme j'ai beaucoup apprécié le dernier roman de Thomas B. Reverdy, L'envers du monde, je suis ravie de le recevoir pour une rencontre dédicace le samedi 6 novembre, à partir de 19h30.

Et nous en profiterons pour boire un petit verre après la lecture !

 

L'envers du monde se passe à New-York, après le 11 septembre. Le corps d'un ouvrier musulman est découvert sur le chantier de Ground Zero. L'inspecteur O'Malley (qui ne transpire jamais ! ) enquête et va être amené à rencontrer différents personnages. Il y a d'abord le gros Pete, ancien policier reconverti en guide pour touristes sur le lieu de l'attentat, et qui s'est disputé quelques jours auparavant avec l'ouvrier assassiné ; Candice, la serveuse aux cheveux roux, qui a perdu son mari le 11 septembre ; et Simon, un écrivain français, qui participe à des réunions de groupe de soutien pour des gens ayant perdu des proches afin de trouver l'inspiration pour son prochain roman...

Dans son nouveau roman, Thomas B.Reverdy fait preuve d'une indéniable maîtrise et cela à différents points de vue : une maîtrise dans l'écriture qui n'est pas sans rappeler la littérature américaine et une maîtrise dans l'intrigue qui entremêle subtilement les récits des différents personnages.

 

"Dès la première fois où il avait mis le pied aux États-Unis, Simon avait été frappé : tout paraissait plus réel. Le ciel lui-même, reflété par les façades-miroirs vertigineuse, semblait s'envoler au-dessus d'un continent entier, ce dont on n'avait jamais l'impression en Europe. À Paris le ciel est petit, pommelé, épinglé entre les immeubles bas et ternes et tous identiques, il est à peine rose le soir, autrement toujours clair, un blanc qui tire vers le gris, un bleu qui n'est jamais que bleu ciel, pléonastique et ballot.

(...) À côté la vielle Europe, le vieux Paris, ses vieilles pierres, les plus visitées du monde, n'étaient qu'une illusion, un mirage de l'Histoire, (...) un vrai musée d'antiquités, retouchées et restaurées maintes fois. Que sont des pierres chargées d'histoire ? Juste une image du passé.

L'Amérique, c'était le contraire. Pas d'histoire, pas de culture propre. chaque immigrnt arrivait encore ici sur un continent neuf, avec sa mémoire d'une ou deux générations vite dissoute, chauffée jusqu'à la fusion dans le fameux melting-pot où pour se mélanger il faut d'abord se fondre dans une unité molle, foireuse. Une vraie chiasse, l'Amérique, mais pour cela tellement plus vraie que l'Europe. Tellement moins constipée."


 Mais au-delà de toutes ces qualités, on est surtout touché par l'omniprésence de Ground Zero, lieu où reposent tous les fantômes des gens tués dans l'attentat , et  on est touché aussi par les vivants, qui doivent vivre avec ces fantômes... Le personnage de Candice est d'ailleurs celui qui m'a le plus émue, notamment quand elle décrit cette fameuse journée où elle voit les tours s'effondrer à la télé et qu'elle attend en vain que son mari rentre à la maison...

 

"Après je ne m'en souviens plus trop. j'ai tout de suite su que Gregg ne reviendrait pas. Les jours qui ont suivi, tous les jours qui conduisent à aujourd'hui sont flous. Il y a eu des moments pénibles, bien plus tard encore. Un type est venu m'expliquer qu'ils avaient besoin d'un prélèvement ADN pour l'identification des victimes. J'ai dit que je pourrais sans doute le reconnaître, s'ils avaient retrouvé Gregg, mais l'homme a pris un air gêné. Il m'a expliqué qu'ils n'avaient pas vraiment de corps, juste des fragments, c'est le terme qu'il a employé, des petits bouts d'os impossibles à identifier. J'ai donné une brosse  où il y avait des cheveux à lui et à moi. J'y repense souvent. Elle doit être quelque part, dans une armoire en fer, dans un sac en plastique étiqueté. Elle n'avait rien de spécial, cette brosse, je n'y avais pas fait attention pendant des années.

(...) Il y a eu aussi la fois où le livreur m'a réveillée, pour un colis. Je n'en reçois jamais. Il a sonné plusieurs fois et j'ai ouvert la fenêtre de la chambre, mais le paquet était trop gros, il ne passait pas à travers les barreaux. J'ai fait le tour et je me suis retrouvée comme une conne, en culotte et tee-shirt, à signer son reçu sur un petit boîtier informatique, après quoi il est remonté fissa dans son camion et a redémarré en trombe. C'était une boîte, semblable à un carton d'archives, emballée dans du papier kraft. Il y avait le sceau du gouvernement dessus et l'étiquette de l'expéditeur indiquait une boîte postale de FBI à New-York. J'étais tellement interloquée que je l'ai ouverte, là, sur le trottoir devant chez moi. Je ne m'y attendais pas du tout, parce qu'on ne m'avait pas dit que ça se passait comme ça. (...) À l'intérieur il y avait quelques objets que j'ai tout de suite reconnus. Bon Dieu ! Je ne saurais même pas dire. C'était effrayant. Qu'ils aient réussi à les retrouver. Qu'il n'y ait que ça. Qu'il ne reste que ça d'un homme. Un portefeuille au rabat en partie déchiré, un briquet argenté à ses initiales, une montre cassée qu'il gardait dans un tiroir de son bureau parce qu'il faisait une allergie au nickel, la chevalière  de sa fac qu'il ne mettait jamais et un petit cadre sans verre où trônait une photo de lui avec son patron, devant le logo de l'entreprise. Et c'est tout. Dans son portefeuille, son permis de conduire et d'autres cartes, et un photomaton de moi qu'on avait pris l'été précédent à Coney Island, un jour qu'on était allé voir ma mère. On avait passé la soirée sur la plage, devant le parc du Cyclone.

Voilà tout ce qui me restait."


"La vie a continué, c'est ce qu'elle fait toujours. ça fait deux ans bientôt. Je ne veux pas être de ces gens qui se jurent qu'ils ne diront plus je t'aime. Mais comment faire ? J'ai envoyé balader le psy conseillé par Juliet en lui disant que je n'étais pas malade, mais triste, simplement triste. ça ne se soigne pas, n'est-ce pas ?

Je n'y pense pas si souvent. ça vient, ça ne prévient jamais. Je ne crois pas que j'ai changé. pas vraiment. (...)

Il y a cependant une Candice qui est restée sur ce sofa. De temps en temps je reviens la hanter. Je m'assois, là où elle se tenait. Je fais cela parfois, la nuit, quand il n'ya presque aucun bruit dehors. Je n'allume pas la lumière. Je touche le coussin rayé. Si je l'attrape trop vite à pleines mains je pleure, alors je le caresse un peu, d'abord. L'écran de la télé est noir, plus opaque encore que le noir autour. Sa petite pendule numérique clignote. Je me mets à compter jusqu'à soixante. Si ça ne me fais rien je retourne me coucher, énervée, je prends un somnifère. si je pleure avant d'arriver au bout, que ça vient doucement, je sais que Candice est là. je m'endors avec elle.

J'étais là."

 

-> L'envers du monde, Thomas B. Reverdy, Le Seuil, 18€.

-> Voir le livre sur le site de l'éditeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Valérie Simonnot - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Les libraires du Parc bloguent !

Découvrez l'actualité de la librairie du Parc / Actes Sud : nos coups de coeur , nos dédicaces...
Vous trouverez de tout (et surtout votre bonheur!) à la librairie du Parc, et pas uniquement les livres des éditions Actes Sud. Ici on aime la littérature, les livres pour enfants, la bande-dessinée, les sciences-humaines... Bref, tout ce qui est beau et bien écrit ! Venez découvrir notre quotidien !
Et retrouvez-nous sur notre page Facebook !

 


 

Recherche

Comment venir à la librairie ?

Archives

Les services de la librairie

La librairie propose une carte de fidélité qui vous permettra d'obtenir sur votre 8ème achat  une remise de 5% calculée sur la valeur des sept premiers achats. N'hésitez pas à nous la demander !
La librairie propose aussi une remise de 5% sur présentation de la Carte Villette et de la Carte Cité des Sciences ainsi qu' au personnel du Parc de la Villette (sur présentation du badge professionnel).
Si vous ne trouvez pas un livre en rayon, vous pouvez le commander sur place (sauf les livres scolaires).

Collectivités, médiathèques, écoles peuvent s'adresser à la librairie pour toute commande de livres, et nous sommes à votre disposition pour établir un devis.
Les prix : la loi dite Loi Lang a fixé le prix unique du livre, celui établi par l'éditeur.

Notre coup de coeur du moment !

 Orphelins de Dieu

Orphelins de DieuMarc Biancarelli, Actes Sud, 20€