Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 10:00

14Dans son dernier roman 14, Jean Echenoz s'attèle à nous parler de la première guerre mondiale, quand certains lui ont déjà dédié des milliers de pages.

En à peine une centaine, Echenoz nous campe toute une époque, à travers l'histoire de trois personnages, Anthime et Charles, partis  à la guerre, et Thérèse qui les attend...

 

Quand j'ai commencé à me plonger dans ce roman, j'ai immédiatement eu en tête les images de la bande dessinée de Tardi, C'était la guerre des tranchées.

Echenoz n'est pas du genre à s'embarrasser de certains détails mais ils ont tout de même leur importance. De son style si caractéristique, si net, si simple mais si précis - une précision qui tient au détail d'une chaussure, d'un vêtement, d'un sac à dos... -, Echenoz réussit à évoquer une des périodes les plus douloureuses de l'histoire de France.

Le résultat est magistral : c'est une leçon de littérature.

 

«On s'accroche à son fusil, à son couteau dont le métal oxydé, terni, bruni par les gaz ne luit plus qu'à peine sous l'éclat gelé des fusées éclairantes, dans l'air empesté par les chevaux décomposés, la putréfaction des hommes tombés puis, du côté de ceux qui tiennent encore à peu près droit dans la boue, l'odeur de leur pisse et de leur merde et de leur sueur, de leur crasse et de leur vomi, sans parler de cet effluve envahissant  de rance, de moisi, de vieux, alors qu'on est en principe à l'air libre sur le front. Mais non : cela sent le renfermé jusque sur sa personne et en elle-même, à l'intérieur de soir, deriière les réseaux des barbelés crochés de cadavres pourrissants et désarticulés (...).

Tout cela ayant été écrit décrit mille fois, peut-être n'est-il d'ailleurs pas le peine de s'attarder encore sur cet opéra sordide et puant. Peut-être n'est-il d'ailleurs pas bien utile non plus, ni très pertinent, de comparer la guerre à un opéra, d'autant moins quand on n'aime pas tellement l'opéra, même si comme lui c'est grandiose, emphatique, excessif, plein de longueurs pénibles, comme lui cela fait beaucoup de bruit et souvent, à la longue, c'est assez ennuyeux

Ëxtrait pages 78-79.

 

-> 14, Jean Echenoz, Minuit, 12.50€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les libraires du Parc - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Les libraires du Parc bloguent !

Découvrez l'actualité de la librairie du Parc / Actes Sud : nos coups de coeur , nos dédicaces...
Vous trouverez de tout (et surtout votre bonheur!) à la librairie du Parc, et pas uniquement les livres des éditions Actes Sud. Ici on aime la littérature, les livres pour enfants, la bande-dessinée, les sciences-humaines... Bref, tout ce qui est beau et bien écrit ! Venez découvrir notre quotidien !
Et retrouvez-nous sur notre page Facebook !

 


 

Recherche

Comment venir à la librairie ?

Archives

Les services de la librairie

La librairie propose une carte de fidélité qui vous permettra d'obtenir sur votre 8ème achat  une remise de 5% calculée sur la valeur des sept premiers achats. N'hésitez pas à nous la demander !
La librairie propose aussi une remise de 5% sur présentation de la Carte Villette et de la Carte Cité des Sciences ainsi qu' au personnel du Parc de la Villette (sur présentation du badge professionnel).
Si vous ne trouvez pas un livre en rayon, vous pouvez le commander sur place (sauf les livres scolaires).

Collectivités, médiathèques, écoles peuvent s'adresser à la librairie pour toute commande de livres, et nous sommes à votre disposition pour établir un devis.
Les prix : la loi dite Loi Lang a fixé le prix unique du livre, celui établi par l'éditeur.

Notre coup de coeur du moment !

 Orphelins de Dieu

Orphelins de DieuMarc Biancarelli, Actes Sud, 20€